1. Immobilier résidentiel: De multiples pistes de relance  L'Économiste
  2. Immobilier résidentiel: Pourquoi le marché ne décolle pas  L'Économiste
  3. Voir la couverture complète sur Google Actualités
Après la période des vaches maigres qui a duré plus de 5 ans, les promoteurs nourrissent de gros espoirs sur une relance du marché en 2020. Sauf que cela relève de spéculations. Ce n'est pas acquis. Rien ne confirme encore une potentielle reprise. Pour l'heure, il y a une très bonne nouvelle: «la demande est là, mais elle reste latente»...Après la période des vaches maigres qui a duré plus de 5 ans, les promoteurs nourrissent de gros espoirs sur une relance du marché en 2020. Sauf que cela relève de spéculations. Ce n'est pas acquis. Rien ne confirme encore une potentielle reprise. Pour l'heure, il y a une très bonne nouvelle: «la demande est là, mais elle reste latente»...

Immobilier résidentiel: De multiples pistes de relance | L'Economiste

Les activités qui dépendent fortement du crédit, comme l’immobilier, n’en finissent pas de souffrir. L’ensemble des segments ont perdu de leur splendeur, à commencer par le résidentiel où en principe la demande est réputée intarissable. La persistance d’un stock important d’invendus, dans les grandes villes tout particulièrement, est un autre indicateur de la méforme. Avec laLes activités qui dépendent fortement du crédit, comme l’immobilier, n’en finissent pas de souffrir. L’ensemble des segments ont perdu de leur splendeur, à commencer par le résidentiel où en principe la demande est réputée intarissable. La persistance d’un stock important d’invendus, dans les grandes villes tout particulièrement, est un autre indicateur de la méforme. Avec la crise de l’immobilier, c’est finalement l’un des moteurs de la reprise qui est compromis.

Immobilier résidentiel: Pourquoi le marché ne décolle pas | L'Economiste